Notre circuit N° 39 du Musée de la Bataille de l’Atlantique à la plage du Veryac’h

Circuit à Camaret : du Musée de la Bataille de l’Atlantique à la plage du Veryac’h
Distance : 7 kms – 1 h 45 - sans difficulté , circuit n° 39 du classeur Alisées -rando raccourcie.

Notre point de départ se situe sur le parking près du Musée . Le circuit empreinte le sentier côtier du GR 34
En direction de la Pointe du Pen Hir .Le chemin est parsemé de nombreux cailloux mais assez plat jusqu’au Monument aux bretons de la France Libre appelé Croix de Pen Hir.
Une belle vue sur les tas de pois de la Pointe s’offre à nous en cheminant sur un petit sentier . Avant d’atteindre la table d’orientation , il faut savoir que pour les bons marcheurs , il y a possibilité d’aller découvrir la salle verte . Pour y parvenir le parcours est difficile mais derrière de gros rochers et le passage sous une voûte, le spectacle est grandiose.
Après la séance photos , nous nous dirigeons vers la plage de Veryac’h , chemin facile en légère descente . Après la crêperie la route menant à la cale a souffert des tempêtes de l’hiver.
Maintenant il faut remonter pour arriver au parking de la plage de Lam Sooz , non sans faire une halte pour admirer la Pointe de Pen Hir sous un autre angle .
Nous prenons la petite route de Kermeur où l’ancien parking du petit bistrot fait sourire : une pancarte indique :
O20100O (au vin sans eau !)
Nous passons entre la colonie de vacances et les alignements de Lagatgar ; belles pierres mégalithiques relevées en 1928 sur lesquelles le poète St POL Roux avait écrit :

« En vérité l’une suivant l’autre , ces pierres forment pour moi, solitaire de Lagatjar et leur voisin immédiat depuis un quart de siècle , un clavier gigantesque où la touche noire de l’ombre s’exprime en mineur et la touche blanche de la lumière en majeur , tandis que l’énergie du ciel déploie la gamme des saisons et les arpèges des journées « *

Nous laissons sur notre droite les ruines du manoir de Coecilian de l’ écrivain , surnommé Le Magnifique , Le Divin ou bien encore L’ Homme Rayon pour rejoindre le point de départ ,

Serge.

* extrait du livre La rose et les épines du chemin , édition Gallimard

Le 30 mars 2014 par Philippe